Actualités

Nous vous informons sur les dernières opportunités du marché immobilie

Les assurances qui protègent votre achat

On l’oublie souvent : les promoteurs ont l’obligation de souscrire un certain nombre de garanties. Elles sont gratuites pour l’acquéreur et il est important d’en connaître l’existence pour y avoir recours en cas de pépin.

On l’oublie souvent : les promoteurs ont l’obligation de souscrire un certain nombre de garanties. Elles sont gratuites pour l’acquéreur et il est important d’en connaître l’existence pour y avoir recours en cas de pépin.

Sachez que les acheteurs bénéficient de plusieurs garanties. Le promoteur a l’obligation de les souscrire, elles sont gratuites pour l’acquéreur. Mais il est important d’en connaître l’existence pour y avoir recours en cas de pépin.

• La garantie d’achèvement :
la loi impose à tout promoteur de souscrire une garantie d’achèvement avant le début du chantier. Objectif : assurer que les travaux seront bien achevés même en cas de faillite du promoteur. Veillez à ce que l’on vous propose bien une garantie dite « extrinsèque » : dans ce cas, aucun problème, une banque ou une assurance s’engagera à achever les travaux si le constructeur fait défaut.

• La garantie de parfait achèvement :
cette assurance obligatoire oblige le promoteur à réparer, sous douze mois, tous les désordres, que vous notifierez lors de la remise des clés, ainsi que tous les « vices cachés » apparaissant dans l’année suivant cette livraison.

• La garantie « biennale«  :
avec cette assurance, le promoteur est également tenu de remettre en état tous vos équipements défectueux (volets, robinetterie…) dans les deux ans à compter de la remise des clés.

• La garantie « décennale«  :
cette assurance est fondamentale, car elle couvre durant dix ans l’ensemble des dommages compromettant la solidité du bien ou le rendant inhabitable (fissure dans un mur porteur, infiltrations…). Cette dernière s’adosse à une assurance dommages-ouvrage, souscrite obligatoirement par le promoteur en votre nom. Elle vous permettra de réclamer à l’assureur le paiement des réparations, sans avoir à vous soucier d’identifier l’entreprise responsable.

 

 

Source : CAPITAL / Guillaume Chazouillères